Stefan Cooke wins the H&M Design Award 2018

Stefan Cooke gagne le prix Design H&M 2018

Avec son exploration de la garde-robe pour homme et ses reproductions de classiques en élastique tissé ou en cotte de mailles faite de plastique, le diplômé de Central Saint Martins remporte le prix du Design 2018.

Stefan Cooke, un diplômé de troisième cycle d'à peine 25 ans de Central Saint Martins, vient tout juste de remporter le prix du Design H&M 2018, et il sait exactement comment il va célébrer. « Je vais prendre un bain et relaxer! » nous dit-il en riant juste après avoir reçu la bonne nouvelle. « Les derniers jours ont été intenses, c'est toujours énervant de se présenter devant des gens reconnus pour parler de son travail, mais c'était également vraiment génial. » 

Pour le prix du Design 2018, tout a commencé avec plus de 550 applications de candidats de plus de 42 différentes nationalités provenant de 17 écoles de mode réparties sur toute la planète. Nous avons finalement choisi huit finalistes extrêmement talentueux. Et même si la décision a été plus que difficile, Ann-Sofie Johansson, conseillère artistique pour H&M et membre du jury, a annoncé hier soir, 30 novembre à Londres devant une salle remplie par la presse internationale, que Stefan remporte le prix.


Les juges ont été particulièrement impressionnés par la pensée novatrice de Stefan, qu'ils pouvaient retrouver tout autant dans sa technique, ses coupes, les matériaux utilisés que dans son imagination. Les vêtements classiques pour homme comme les jeans, les chinos ou les chandails de style universitaire ont été manipulés numériquement, puis imprimés sur des matériaux synthétiques. Les élastiques sont cousus ensemble pour créer des vestons et des manteaux, les chandails en cotte de mailles sont conçus en plastique, alors que les hauts à manches longues sont faits de polyester et d'acrylique déchiquetés. Les pantalons moulants en genre de tissu bandage sont également confectionnés avec des élastiques cousus l'un sur l'autre. En résultat, une subversion géniale des vêtements de tous les jours.

« Je crois qu'il y un côté très anglais à tout ce que fait Stefan. Il y a une grande partie fantaisiste jumelée à un travail de confection très minutieux, et je crois que les gens verront ses pièces comme un vrai classique de la mode britannique. Stefan nous explique sa façon de créer les vêtements en élastique : chaque bande devait être imprimée quatre fois, afin de créer l'image nécessaire pour qu'il puisse les tisser dans les vêtements. Il y a tellement de travail dans chacun de ces vêtements, mais ils sont du même coup très simples, ils sont visuellement faciles à comprendre et la plupart se portent également très facilement. Et c'est vraiment propre à l'Angleterre, des choses très compliquées à faire, mais qui se portent très bien »,   dit Alex Fury, journaliste mode, auteur, critique et rédacteur pour le magazine AnOther.

Cette année, le jury était constitué non seulement de Ann-Sofie Johansson et d'Alex Fury, mais également de Veronika Heilbrunner (styliste et fondatrice de Hey Woman), Luke Day (rédacteur pour GQ Style), Michal Pudelka (photographe), Sarah Richardson (styliste mode et consultante), Richard Quinn (designer et gagnant du prix Design H&M 2017), Floriane de Saint Pierre (présidente  de Floriane de Saint Pierre et Associés) et Margareta van den Bosch (conseillère à la création chez H&M).

Il y a des pièces que vous pouvez réellement porter, elles vous permettent de bouger, de courir; elles vous laissent très libre.


STEFAN COOKE
 

Avec le prix, Stefan, qui est de West Sussex mais habite Londres, a gagné une bourse de 25 000 €, ainsi qu'un stage de six mois au siège social de H&M à Stockholm pour travailler avec l'équipe du design qui convient à son expérience et à ses talents. Ou, il peut échanger le stage contre une bourse de 25 000 €, ce qui lui ferait un prix total de 50 000 €. Avec un bain bien mérité qui sera repoussé d'une bonne heure, le Magazine H&M a rencontré le nouveau gagnant.

POUVEZ-VOUS NOUS GUIDER À TRAVERS VOTRE COLLECTION GAGNANTE?
« La collection comrend des vêtements classiques pour homme, confectionnés d'une toute nouvelle manière. La plupart des hommes n’ont pas le sens de l'aventure pour tout ce qui touche les vêtements. Je suis pareil, je suis du style jean et chandail, alors j'ai commencé à explorer les façons d'obtenir les mêmes vêtements, mais d'une nouvelle manière. Comme j'ai étudié les tissus, j'ai tenté de trouver des façons novatrices de travailler ces vêtements, alors j'ai commencé à photographier les vêtements, et à les mettre sur d'autres tissus pour obtenir un visuel. Je suis tombé sur l'élastique, mais quand vous pensez à des marques comme Hervé Léger, qui célèbre le corps de façon fabuleuse, il est un des adeptes de la taille unique. J'adore travailler avec les tissus extensibles (les matières déchiquetées s'étirent d'une façon dont vous ne pouvez pas imaginer), car les possibilités sont sans limites. »

QU'EST-CE QUI VOUS A POUSSÉ À ÉTUDIER LA MODE?
« En grandissant, j'ai toujours adoré l'art. Mes parents m'amenait toujours dans les galeries et ce genre de choses. Je n'étais pas très doué à l'école, mais j'ai toujours ressenti que je n'avais qu'à prendre un crayon ou un pinceau pour vraiment m'exprimer. Alors c'était toujours en moi. Et depuis que j'habite Londres, la communauté dont je me suis entouré influence beaucoup ce que je fais. Comme mon copain, il est génial. Il est une encyclopédie de mode, et nous avons tous deux un tel amour pour la mode. Tout le monde l'utilise et tout le monde s'exprime par la mode. Ça peut sembler cliché, mais c'est une chose extraordinaire. » 


PARLEZ-NOUS DE VOTRE PREMIER SOUVENIR ASSOCIÉ À LA MODE.
« Je me souviens avoir volé le manteau de mon père, il était en molleton et je le voulais vraiment, je devais avoir 13 ou 14 ans. J'ai pris le manteau pour sortir avec mes amis, je pensais sérieusement être la personne la plus branchée au monde. Mais, évidemment que je n'étais pas si génial, je portais le manteau de mon père [rires]. C'est vraiment drôle, car je crois que cette collection est exactement à propos de ça, ces pièces que nous ne voulons pas oublier. Je ne le voulais pas parce qu’il était vraiment bien, mais parce que c'était le manteau de mon père. J'ai senti une connexion et voilà ce qu'est cette collection. Je suis certain d'avoir d'autres souvenirs plus anciens, mais je suis trop gêné d'en parler! »

LORSQUE VOUS AVEZ PARLÉ AVEC LES JUGES, A-T-IL ÉTÉ QUESTION D'ÉQUILIBRER LA CRÉATIVITÉ ET LE CÔTÉ COMMERCIAL?
« Bien entendu, et je crois que c'est ce qui est génial avec ces vêtements, ils ont déjà un élément commercial, et je crois que les juges ont aussi accroché sur ce détail. Parce qu’en fin de compte, ce sont des pièces que vous pouvez réellement porter, elles vous permettent de bouger, de courir; elles vous laissent très libre. Et elles ne sont pas très audacieuses. Vous voulez une paire de jeans, c'est ce que vous avez, mais en élastique. Ces vêtements pourront facilement être vendus d'une saison à l'autre, et c'est quelque chose dont je voulais m'assurer. Je veux aller à Paris, je veux vendre, je veux en faire un commerce durable qui pourra vraiment croître. »

OÙ VOUS VOYEZ-VOUS DANS CINQ ANS? OU DANS DIX ANS?
« J'espère dans une maison avec un jardin! C'est pas mal tout [rires]. Et j'espère toujours faire ce que j'aime faire. Sincèrement, il y a quelques semaines seulement, je n'aurais jamais pensé être dans la position que je suis aujourd'hui, alors je n'ai aucune idée de ce qui peut arriver. Et c'est exactement ce qui est excitant, personne ne sait ce qui nous attend... »



LES FAVORIS DE STEFAN COOKE...

DESIGNERS... « Rei Kawakubo chez Comme des Garçons, Jun Takahashi chez Undercover et Junya Watanabe. »

MANNEQUIN... « Lindsey Wixson, car elle a un espace entre les dents, tout comme moi! »

VILLES... « Assurément Londres, et je crois que si j'avais déjà été au Japon, Tokyo serait une de mes villes préférées. »

LIVRES... « J'aime vraiment les livres de Stephen King. Ils sont terribles, mais si bons! Je n'aime pas l'horreur, je ne peux le tolérer, mais en lire, j'adore. »

MUSIQUE... « J'écoute tout ce que mon copain choisit, et ce serait sûrement quelque chose comme Aphex Twin. »

NOURRITURE... « J'aime un bon ramen. »

FAÇONS DE RELAXER... « À part un bain, prendre une bonne marche en nature. Et passer du temps en famille, j'adore. »

Retour au flux
Haut de page