Lexie et Georgia – leur amitié, la mode et le pain

Nous avons passé une journée avec semaine.com et les meilleures amies et nos muses du moment, Lexie Smith et Georgia Hilmer. (Si ceci n'est pas ce que devrait être une amitié, alors nous ne sommes plus certains de rien.)

C'est comme si Lexie Smith et Georgia Hilmer étaient amies depuis toujours. L'amitié entre Smith, une boulangère-pâtissière de 28 ans dont tout le monde parle à New York et Hilmer, 23 ans, qui partage tout son temps entre le mannequinat, les études à NYU et la pratique de ses compétences photographiques, dégage l'aisance qu'on remarque normalement après des décennies de conversations et lorsque de nombreux secrets d'adolescence ont été partagés. En réalité, par contre, leur amitié a failli ne jamais exister.


L'histoire commence il y a deux ans, le duo sortait avec des colocataires et à contrecœur, elles ont commencé à parler alors que chacune de leur relation se terminait. « J'avais entendu que Georgia était une plus jeune mannequin, et elle ne m'intéressait pas lorsque je fréquentais mon ex , se rappelle Lexie, mais après la fin de nos relations, elle est venue au restaurant, je cuisinais et nous avons utilisé comme prétexte le partage de recettes pour échanger nos numéros. » Après cet échange de numéros de téléphone, elles sont devenues de grandes amies formant également un partenariat créatif. C'est une relation dans laquelle aucun sujet n'est tabou et aucun besoin émotionnel trop important, ce qui a été plutôt pratique lorsque Smith a décidé de quitter son emploi et de lancer une nouvelle initiative « Bread on Earth ». Le duo a alors profité d'une de leurs nombreuses journées « à flâner » qui se caractérisent la plupart du temps par Lexie qui met au point une recette, pendant que Georgia traîne avec son appareil photo et met discrètement en images leurs conversations.

La scène était sensiblement la même lors de la visite de la Semaine : Lexie se rendit au loft de style industriel de Georgia à Williamsburg, et tout en confectionnant un pain traditionnel turc, elles ont parlé de leur amitié, des obstacles à venir, du phénomène sans gluten trompeur et des prochaines grandes étapes de leurs carrières déjà bien remplies.

QUAND ÊTES-VOUS DEVENUES AMIES?
Georgia : « Nous sortions avec ces garçons qui habitaient ensemble, mais tout ce temps, nous ne nous sommes jamais parlé. Puis quand ces relations se sont terminées, nous nous sommes trouvées. »

Lexie : « Georgia venait me voir et restait avec moi pendant que je travaillais au resto, elle m'a donné son numéro pour que je lui donne la recette de la vinaigrette pour la salade de Kale. Ensuite, nous avons planifié quelque chose ensemble pour la Saint-Valentin parce que nous voulions éviter les hommes. »

Nous avons utilisé l'échange de recettes comme excuse pour partager nos numéros.


LEXIE SMITH
 

COMMENT VOUS DÉCRIRIEZ-VOUS L'UNE L'AUTRE?
Lexie : « Georgia est en fait très difficile à décrire. Elle est une belle et grande femme, mais son cerveau et ses manies ne reflètent pas toujours son apparence externe. C'est une extravertie introvertie incroyablement intelligente, mais elle offre son intelligence d'une façon très humble et modeste, et je crois que ces traits prennent quelques fois les gens par surprise. Elle est également très curieuse et je pense qu'elle croit en la magie. Physiquement j'aime dire qu'elle a des lèvres nuageuses, car elles sont duveteuses et belles et qu'elles n'ont aucun angle droit. Elle s'habille également comme un adolescent, elle ne porte jamais de maquillage et elle fait 1,80 m, alors vous n'aurez aucun problème à la trouver dans une foule. »

Georgia : « Visuellement, Lexie est beige, sable, caramel, taupe, brune et rôtie brûlée. Une palette de couleurs spécifique qui lui colle à la peau, et celle-ci représente son but ultime de cultiver un endroit dans le monde qui est important et réconfortant. Elle s'attend à beaucoup du monde, et elle doit se battre contre les obstacles (comme toutes les femmes d'ailleurs), mais elle le fait avec une grande ferveur. Elle voit toute la grandeur du monde, et cela est un don. Par contre, elle est frustrée par l'incapacité du monde à nous offrir tout cette grandeur. Elle est mon guide spirituel, ma grande sœur, ma mère, mon colonel et ma conseillère, et nous formons une paire très drôle. Son aura est très chaleureuse, c'est comme être à l'intérieur d'une miche de pain en pleine cuisson. »

QU'EST-CE QUI VOUS A ATTIRÉ VERS VOS CHAMPS PROFESSIONNELS?
Lexie : « Pour moi, le pain est honnête. Si vous regardez attentivement le procédé et les ingrédients que vous utilisez, vous y verrez toute l'honnêteté. Le véritable procédé de la fabrication du pain est physique et modeste, car vous ne pouvez prédire ce qui arrivera, tout dépend des circonstances extérieures. Je crois également que j'étais attirée par le côté communautaire du pain. Pas d'une façon insipide, mais dans le passé, toute la communauté se ressemblait aux fours locaux et je crois qu'il y a quelque chose de nostalgique dans cet héritage. Même de nos jours, si vous parlez aux gens des mets cuisinés de leur enfance, vous obtiendrez une réponse honnête et sentie, ce qui ouvre la porte à des conversations beaucoup plus profondes. »

Georgia : « Le mannequinat m'est arrivé tout naturellement (alors qu'elle était encore à l'école secondaire, Georgia a été recrutée lors d'une sortie au cinéma), mais la photographie, c'est vraiment un pur hasard. Adolescente, je prenais beaucoup de polaroids, et quand je suis arrivée à New York, je suis sortie avec un garçon qui m'a offert un appareil compact. Je ne l'aimais pas vraiment à cette époque, car tout le monde prenait leur photo sur pellicule 35 mm, mais quand Instagram est devenu populaire, j'ai commencé à afficher mes photos sur l'application. J'avais des admirateurs à cause de ma carrière de mannequin, et j'ai alors eu quelques offres pour mettre en images des éditoriaux, mais de l'autre côté de la caméra. Le mannequinat est toujours mon travail principal, mais la photo est mon exutoire créatif principal, et ça me procure beaucoup de joie. »

QUELS SONT LES ASPECTS LES PLUS EXIGEANTS DE VOS CARRIÈRES?
Lexie : « Une chose que j'entends très souvent et que je trouve très contrariante est que les gens trouvent la boulangerie "mignonne". Elle a encore l'étiquette de travail de maison plaçant les femmes dans leur cuisine, car c'est en fait "leur place". D'une façon qui n'est aucunement néo-féministe, je crois qu'il y a en fait un réel pouvoir et une prise de pouvoir dans le processus de boulangerie. Imaginez pouvoir créer quelque chose d'aussi incroyablement nécessaire et humain, qui de plus est un aliment. Il est important de gagner de l'argent et de développer nos compétences intellectuelles, mais faire du pain peut être aussi intellectuel et important. Ce n'est pas seulement une façon de faire des gâteaux pour les fêtes d'enfant. En vérité, mon métier n'a rien en commun avec la douceur juvénile, mais plutôt tout en commun avec le travail manuel et les besoins humanitaires. »

Georgia : « C'est plutôt intéressant d'essayer de rentrer dans la boîte du " photographe professionnel ", car je suis plutôt informelle à propos des photos que je prends. Je me suis récemment inscrite à l'université de New York, je ne me sentais pas très inspirée ou stimulée par le mannequinat, même si c'est plutôt amusant. J'ai quitté le collège tout de suite après le secondaire, car ma carrière de mannequin a pris de l'ampleur, alors c'est très excitant d'explorer l'apprentissage en tant qu'adulte. La moitié du processus scolaire a été pour moi organique et fluide, mais j'ai passé l'autre moitié a essayer de comprendre ce qu'on attendait de moi sans m'arracher les cheveux. »

LEXIE, QUEL EST VOTRE PREMIER SOUVENIR EN RAPPORT AVEC LE PAIN?
« C'est intéressant vu mon cheminement professionnel, mais je n'ai pas vraiment beaucoup de souvenirs culinaires. J'étais une juive athée de la banlieue new-yorkaise et mon père habitait Riverdale dans le Bronx. Je pourrais peut-être dire que mon premier souvenir associé à des choses cuisinées provient des restaurants, italiens ou juifs, de mauvaise qualité et en fait assez merdique. Je me souviens que mon frère était très difficile et qu'il ne voulait manger que de la baguette française qui n''était en fait qu'un pain de mauvaise qualité. »

GEORGIA, COMMENT DÉCRIERIEZ-VOUS VOTRE DÉMARCHE ARTISTIQUE?
« J'aime trouver des photos. J'imagine que c'est la meilleure façon de décrire ce que je fais. J'ai toujours un appareil photo avec moi, et quand il se passe quelque chose, je documente. Je ne cherche rien en particulier. Je n'ai pas d'ambitions artistiques dans ce sens. C'est plus un projet personnel de style documentaire. »

LEXIE, QUE PENSEZ-VOUS DE L'ENGOUEMENT POUR LE SANS GLUTEN?
« Depuis les 10 dernières années, il y a eu une marée de gens qui ne consomment plus de gluten et d'entreprises qui fabriquent des produits sans gluten. Par contre, à part le 1 % de la population qui souffre réellement d'une intolérance au gluten, la plupart des gens, dont moi-même, n'y sommes pas réellement sensibles. Le problème vient du blé qui est modifié afin de créer des récoltes ultra-productives pouvant supporter toutes sortes de températures afin d'assurer un important taux d'exploitation. Ce phénomène a commencé pour de multiples raisons, mais en définitive c'est cette version mutante du blé qui fait réagir si mal les gens, et non pas le gluten. Je m'intéresse aux fermes qui s'efforcent de faire pousser des grains patrimoniaux et d'utiliser des meules de pierre, ce qui leur permet de produire une farine beaucoup plus grossière et non traitée. La farine de grains patrimoniaux n'est pas aussi bonne pour faire des pains blancs bien gonflés que le blé mutant, mais elle n'a jamais rendu les humains malades. »

QUELS SONT VOS PROJETS LES PLUS EXCITANTS?
Georgia : « Avec la session du printemps, je retourne à l'école. J'ai hâte de passer des heures à la bibliothèque, la tête plongée dans mes manuels scolaires (je me suis inscrite à des classes d'astronomie et de sociologie qui semblent particulièrement passionnantes). J'espère qu'en prenant l'école comme un travail, je serai plus libre et plus spontanée dans ma photographie. Je veux retrouver l'état d'esprit que j'avais quand j'ai commencé la photographie. J'étais curieuse et désordonnée, et je mettais toute mon énergie à faire des photos personnelles de style journal, car c'est ce que j'aime le plus. Je veux également utiliser mon appareil photo et mes ressources pour parler de la tourmente politique que nous vivons tous maintenant aux États-Unis. Je veux ramasser de l'argent en vendant des impressions et en tournant ma lentille vers les manifestants et les activistes. » 

Lexie : « Je lance "Bread on Earth" qui est une initiative globale pour conserver et célébrer les traditions entourant le pain de partout à travers la planète, en mettant l'accent sur celles originaires des régions en conflit et où les gens sont marginalisés. Une chose qui est incroyable, toutes les recettes que j'ai recueillies sont sensiblement identiques sur tous les continents, d'un côté à l'autre des océans et des montagnes. L'élément central de ce lancement est la préservation des traditions du pain en cette ère du sans gluten. Vous trouverez sur le site un forum où les gens pourront raconter leurs histoires d'enfance portant sur la nourriture, ils pourront partager des recettes et poser des questions. Il y aura également une carte interactive mettant en évidence les pains des différentes régions. L'autre élément, je vais élaborer des recettes de ce que j'aurai appris des collaborateurs volontaires et de ceux à qui je demanderai de l'aide. Les pains seront alors photographiés et certaines images seront imprimées et vendues. Le profit de ces œuvres sera offert à des organismes de bienfaisance qui viennent en aide aux communautés d'immigrants et de réfugiés. »


Consultez semaine.com pour en savoir plus à propos de Lexie et Georgia. 
Apprenez comment faire le pain traditionnel turc de Lexie ici.
 

Georgia Hilmer

MÉTIER : Mannequin et photographe

Âge : 23

Habite présentement à : Williamsburg, New York

Pseudonyme sur les réseaux sociaux : @georgiahilmer

 

Lexie Smith

MÉTIER : Artiste et boulangère-pâtissière

Âge : 28

Habite présentement à : Queens, New York

Pseudonyme sur les réseaux sociaux : @leche_smith

SHOP THE STORY
Retour au flux
Haut de page