LES SŒURS LEJONHJÄRTA – LE FUTUR EST PROCHE

Elizabeth et Victoria Lejonhjärta ouvrent la voie à un avenir plus durable, beau et osé, post Instagram après post Instagram.


La révolution de la mode n'est peut-être pas télévisée mais elle est en direct sur Instagram. Si les médias (et les marques) de mode traditionnels ont échoué à représenter la diversité de la population féminine, Instagram est devenue une plateforme pour partager l'inspiration qui défie les normes culturelles de la mode. 

« Instagram change les normes de la mode - ça change l'image », indique Elizabeth Lejonhjärta. Le compte d'Elizabeth et de sa sœur jumelle Victoria,  @lejonhjerta , a presque 50 000 followers, inspirés par les images oniriques et futuristes des deux sœurs, leurs pommettes saillantes et leurs dreads incroyables (qu'elles font pousser depuis l'âge de 3 ans.) 

Et inévitablement, le monde de la mode a découvert les jumelles originaires du Nord de la Suède. Ce sont les chouchous du Vogue américain, elles sont apparues dans une campagne pour la marque de chaussures branchée Eytys et, plus récemment,dans le clip de campagne d'H&M pour la World Recycle Week, où M.I.A. diffuse le message sur le recyclage des vêtements.

Mais nous avons décidé qu'un second rôle n'était pas suffisant pour les sœurs Lejonhjärta. C'est pourquoi nous laissons le photographe danois Philip Messmann tirer le portrait d'Elizabeth et Victoria, toutes deux avec des vêtements H&M fabriqués à partir de matières durables telles que le coton biologique, le tencel et le denim recyclé. Retour au naturel – un thème que l'on peut aisément attribuer aux sœurs Lejonhjärtas. 

ELIZABETH : « Lorsque nous avions 18-19 ans, nous avons décidé de quitter Stockholm et de nous installer dans le Nord, au milieu des bois. Une sorte de retour aux sources. Nous faisions pousser nos légumes, allions pêcher, n'utilisions plus de maquillage…  C'était comme un nettoyage. Nous ne portions que des vieux vêtements de grand-père. Et nous avons quitté Internet. Nos amis étaient tous très en colère. »

VICTORIA : « Oui, parce qu'on n'avait pas de réseau ni de smartphone. On était injoignables ! Nous devions tout recommencer, être de nouveau nous-mêmes. »

E : « Même si nous ne vivons plus comme ça – aujourd'hui, on est sur Instagram, on a de nouveaux vêtements, on fait des shootings – c'est sympa de revisiter le lieu mentalement. »

EST-CE QUE ÇA SE VOIT DANS VOTRE FAÇON DE VOUS HABILLER ?

E : « Je ne sais pas, notre style est relativement simple. Parfois, j'ai l'impression que la mode est plus une question de survie... »

V : « C'est vrai - on a toujours été attirées par un style plutôt apocalyptique. On adore les références à la science-fiction. Ça va main dans la main avec la nature. »

E : « Parfois, lorsqu'on est dans le grand nord, c'est comme si on était dans un film de science fiction. Vous devez être plutôt courageux. Les gens ont tendance à penser que la nature est romantique, mais elle est assez sauvage. »

VOTRE MÈRE EST SAME SUÉDOISE, ORIGINAIRE DE SÁPMI, ET VOTRE PÈRE EST D'AFRIQUE DE L'OUEST – VOUS ÊTES LE FRUIT D'UN VRAI MÉLANGE EXOTIQUE, PAS VRAI ?

E : « C'est sûr. Les gens ont tendance à penser que nous sommes le fruit de deux extrêmes. Je comprends que cet héritage [afro-same] soit différent, mais de là à dire que c'est... pas civilisé ? Nous avons beaucoup écrit au sujet de notre héritage, ça fait du bien d'en parler avec nos propres mots. »

V : « En tant que minorité, on est confronté aux stéréotypes, comme si on avait une sorte d'identité prédéterminée à revêtir. C'est pour ça que c'est important de pouvoir se redéfinir. »

E : « Exactement, tout est question de sujet versus objet. Comme notre Instagram par exemple, où nous prenons des photos de nous - c'est important que l'on puisse choisir comment on se représente. »

ALORS COMMENT VOULEZ-VOUS ÊTRE REPRÉSENTÉES ? 

V : « Comme un duo de filles courageuses ! »

E : « Certains ne perçoivent pas les références aux super héros dans nos posts. Ils se disent 'vous ne souriez jamais sur les photos' alors que pour nous c'est plutôt 'vous avez déjà vu sourire Batman ?!' »

PARLEZ-MOI DE VOTRE NOM, LEJONHJÄRTA. ÇA VEUT DIRE « CŒUR DE LION ».

V : « Toute la famille a pris ce nom, c'est comme un symbole. Nous traversions une période difficile et avions besoin de quelque chose de fort. »

E : « Ça nous fait du bien, c'est notre identité. »

… ET PUIS DRAKE S'EST FAIT TATOUER VOTRE NOM SUR LE BRAS

V : « Je ne sais pas vraiment quoi dire, tout a été dit... C'est un honneur d'avoir son nom gravé sur le corps de quelqu'un. Surtout le sien - c'est un génie, gentil et génial. »

E : « Oui, c'est super. Certains magazines ont dit que nous l'avions saoulé parce qu'on avait fait une blague à ce sujet sur Instagram. Mais nous ne sommes pas avares en sarcasmes sur Instagram ! Il est intelligent et ne tomberait pas dans le piège du tatouage alcoolisé. »

QUI SONT VOS ICÔNES EN MATIÈRE DE MODE ?

E : « Notre mère. Son style était à part – tout le monde la connaissait dans notre village, Luleå. Et c'est toujours le cas ! Papa aussi. Nous avons grandi auprès de gens qui n'en avaient pas grand chose à faire de ce que les autres pensaient. »

V : « Nous avons été poussées à réfléchir à ce que nous voulions et non pas à vouloir des choses parce que le voisin les avait. On allait dans les friperies, on fabriquait nos propres vêtements... Les gens nous trouvaient un peu bizarres. Mais on pouvait compter les uns sur les autres pour nous dire qu'on était cool. »

E: « Notre enfance a été sympa là-bas, quand j'y repense. »

V : « Ouais, quand tu es enfant tu trouves tout normal. »

E : « Mais maintenant je me dis : 'waouh, les gens étaient vraiment mauvais'. À l'école, ça allait loin parfois, on nous tapait. J'en ai parlé à ma mère depuis, une fois adulte, et elle me dit 'mais pourquoi tu ne m'as rien dit ?'... Mais c'était normal pour nous à l'époque. »

V : « Le racisme était normal. »

E : « Oui, et il n'y avait pas de débat, pas de discussion au sujet du racisme. »

PENSEZ-VOUS QUE LES CHOSES ONT CHANGÉ ?

E : « J'espère ! La discussion est encore loin mais il y a tout de même une prise de conscience. Les enfants sont plutôt sympa dans notre village de nos jours. »

V : « Oui, quand je vois les lycéens je les trouve vraiment cool. Ça me rend heureux. »

TOP 3 INSTAGRAM
@amy_sall
« J'adore ses photos - l'esthétisme africain revisité. Tout est tellement classe. »

@markusprimelives
« Il dessine tous nos super héros préférés, comme Sailor moon, mais en femmes noires. Il sort une bande-dessinée - j'aurais aimé en avoir une comme ça lorsque nous étions enfants ! »

@amandla_stenberg
« Tout est magique chez elle. Ses photos, ses textes. »

TOP 4 DES PRODUITS CAPILLAIRES
1. Le beurre de karité
2. L'huile de noix de coco
3. L'huile de jojoba
4. L'huile d'avocat

TOP 3 DES CONSEILS ÉCO-RESPONSABLES
1. Devenir végétarien
2. Donner une deuxième vie à vos vieux vêtements
3. Marcher plus

TOP 3 DE NOS SOURCES D'INSPIRATION EN MATIÈRE DE MODE
1. Notre mère
«Elle ne jette jamais rien, elle recycle ses vêtements ou les achète d'occasion. »

2. Matrix
« Matrix est notre bible en matière de mode, vraiment. Vestes en cuir et lunettes de soleil sportives - ON DIT OUI. »

3. Kanye West
« Quand nous avions 16-17 ans, nous avions besoin de cette attitude à la Kanye pour survivre.

APRB2-16-IM-lejonhjarta-sisters-hm1

ELIZABETH ET VICTORIA LEJONHJÄRTA

ÂGE : 25 ans

LIEU : Luleå, Suède

PASSENT LE PLUS CLAIR DE LEUR TEMPS : L'écriture toujours, le mannequinat parfois

INSTAGRAM: @lejonhjerta

Philip Messmann a photographié Elizabeth et Victoria Lejonhjärta à Stockholm. Emelie Johansson les a habillées avec des pièces H&M fabriquées en matières durables. Ignacio Alonso (représenté par Linkdetails) les a maquillées et Philip Fohlin (Linkdetails aussi) les a coiffées.

SHOP THE STORY
SHARE
Retour au flux
Haut de page