Susie Bubble gives us the front row report from shows like J.W. Anderson, Richard Malone and Faustine Steinmetz, Getty Images/All Over Press.

Susie Bubble gives us the front row report from shows like J.W. Anderson, Richard Malone and Faustine Steinmetz, Getty Images/All Over Press.

Le rapport depuis le premier rang par Susie Bubble

Manches audacieuses, graffitis et circulation de folie. La journaliste, blogueuse et habituée du premier rang Susanna « Sussie Bubble » Lau, nous dévoile les coulisses de la Fashion Week londonienne.

LA FASHION WEEK DE LONDRES, C'ÉTAIT AVANT TOUT...
« Les créateurs affirmant leur identité de façons innovantes.  Les présentations étaient particulièrement puissantes.  La présentation surréaliste révolutionnaire de Faustine Steinmetz où les mannequins étaient placés dans des murs remplis de trous.  Les personnages dans le dénuement d'Ed Marler qui erraient dans Soho.  Richard Malone s'emparant de L'Escargot sur Greek Street avec son look banal.  Les filles aux tenues affriolantes de Molly Goddard passant l'été à préparer des sandwiches insipides.  J'ai adoré toutes les images et références véhiculées par ces collections.  Elles ont stimulé mon imagination, ce qui rend la FW de Londres réussie pour moi ! »

Simone Rocha, All Over Press.

MON DÉFILÉ PRÉFÉRÉ...
« Simone Rocha. Il a eu lieu dans la sublime Lancaster House, c'était incroyablement beau.  Les collections d'inspiration japonaise peuvent sembler banales mais elle a réussi à faire des kimonos fleuris, des ceintures obi et des noeuds inspirés des Araki des pièces exaltantes.  J'ai aimé la tension entre le joli (tout ce rose) et le relativement dangereux (les harnais en plastique macramé), ce que fait très bien Rocha. 

L'autre créateur qui a utilisé le plastique de façon sublime était Christopher Kane qui a fait des colliers et des attaches de vêtements avec des câbles de couleur.  Les blousons en cuir ornés de graffitis, la dentelle fluo et les empiècements en plastique semblaient tout droit sortis des collections passées de Kane mais pour moi, ce fut un plaisir. »

CE QUI M'A PERTURBÉE...
« Je n'ai pas été vraiment perturbée, mais intriguée par les manches exagérément triangulaires de J.W. Anderson. »  J'ai aimé au défilé, en particulier avec l'imprimé gribouillis et les coups de pinceau abstraits.  Mais je me demande si on peut vraiment porter ça dans la vie.  J'essayerai sans doute au mois de février.  Anderson a l'art de savoir vous convaincre lorsque les choses ne sont pas forcément évidentes au premier abord. 

Front row, Getty Images.

CETTE SAISON, AU PREMIER RANG, ILS PORTAIENT TOUS...
« Des pulls à côtes à manches extra longues (sans doute inspirés de ce que l'on peut voir chez Celine) portés avec des pantalons de survêtement décontractés et des baskets.  Au premier rang, la plupart des gens arboraient des tenues plutôt sobres pour tenir le planning intense de Londres.  Les invités montraient également leur soutien aux créateurs londoniens en portant des pièces de chez Marques Almeida et J.W. Anderson. »

TOUT LE MONDE PARLAIT DE...
« La circulation !  Soho est un super lieu pour la Fashion Week de Londres mais les rues étroites et la foule ne sont pas propices au milliard de voitures de journalistes qui traînent.  Je n'ai pas manqué beaucoup de défilés cette semaine mais j'étais désolée de rater celui de Gareth Pugh qui pour moi, était l'un des défilés immanquables de la semaine.  C'était une ode au Soho des anciens - en d'autres termes, l'esprit d'antan dans le centre névralgique de la création londonienne, ce qui est important de garder à l'esprit lors de la FW londonienne. »

 

SUSANNA LAU
BLOG:  stylebubble.co.uk  
INSTAGRAM: 
@susiebubble
TWITTER:  @susiebubble 

Retour au flux
Haut de page