Stefan Cooke wins the H&M Design Award 2018

Stefan Cooke remporte le H&M Design Award 2018

C'est en explorant la garde-robe masculine de tous les jours et en répliquant les vêtements avec de l'élastique tissé ou des torsades en plastique que le jeune diplômé de Central Saint Martins a décroché le Design Award 2018.

Stefan Cooke, jeune diplômé de Central Saint Martins de 25 ans, a remporté le H&M Design Award 2018 et sait précisément comment il va fêter ça. « Je vais pouvoir prendre un bon bain et me détendre un peu ! », a-t-il dit en riant après l'annonce. « Ce furent des journées intenses - c'est toujours très impressionnant de se retrouver face à des gens talentueux et de parler de son travail, mais tout c'est merveilleusement bien passé. » 

Pour le H&M Design Award 2018, huit finalistes ont été sélectionnés parmi les 550 candidats de 42 nationalités différentes et issus de 17 écoles de mode différentes. Et si la décision a été difficile à prendre, Ann-Sofie Johansson, conseillère création chez H&M et présidente du jury, a annoncé le 30 novembre que Stefan avait remporté le concours devant une salle remplie de journalistes du monde entier.


Le jury a été particulièrement impressionné par la réflexion innovante de Stefan - en termes de technique, de silhouette, de matière et d'imagination. Des classiques masculins, tels que jeans, chinos ou pulls de cricket, ont été photographiés, retouchés numériquement et imprimés sur des matières synthétiques. L'élastique est tissé pour créer des blousons et des manteaux, les pulls torsadés sont en plastique tandis que les tops à manches longues sont en lanières de polyester ou d'acrylique. Le pantalon moulant effet bandage est également en élastique cousu. Le résultat : une collection subversive de vêtements de tous les jours.

« Je trouve qu'il y a un côté très British dans la façon de faire de Stefan. Sa collection est très audacieuse et reflète un vrai savoir-faire, et je pense que ce sont les bases de la mode anglaise. Lorsque Stefan parlait de la façon dont il crée les pièces élastiques, chaque bande est imprimée quatre fois pour rassembler les images nécessaires et les tisser en vêtements. Ces pièces ont nécessité beaucoup de travail et elles sont malgré tout très simples, faciles à regarder et extrêmement faciles à porter. Et c'est ça, la marque de fabrique des Anglais - des pièces très compliquées à faire mais très faciles à porter », explique Alex Fury, journaliste de mode, auteur, critique et rédacteur au magazine AnOther.

Cette année, le jury se composait d'Ann-Sofie Johansson et Alex Fury, mais aussi de Veronika Heilbrunner (styliste et fondatrice de Hey Woman), Luke Day (rédacteur chez GQ Style), Michal Pudelka (photographe), Sarah Richardson (styliste et consultante), Richard Quinn (designer et lauréat du H&M Design Award 2017), Floriane de Saint Pierre (Présidente de Floriane de Saint-Pierre et Associés) et Margareta van den Bosch (conseillère en création chez H&M).

Ce sont des vêtements que l'on peut porter - dans lesquels on peut bouger, courir, sans limite.


STEFAN COOKE
 

En remportant ce prix, Stefan, qui est originaire du West Sussex et établi à Londres, a gagné 25 000 € ainsi que six mois de stage au siège d'H&M à Stockholm où il travaillera avec l'équipe de design qui correspond le plus à ses compétences et son expérience. Ou alors, il peut troquer son stage contre 25 000 € supplémentaires, ce qui ferait un total de 50 000 €. Avant qu'il aille se détendre dans son bain, H&M Magazine s'est entretenu avec le nouveau lauréat.

PEUX-TU NOUS PARLER DE TA COLLECTION ?
« Je voulais créer une collection pour homme qui soit innovante. La plupart des hommes n'aiment pas trop partir à l'aventure en matière de mode. Je suis pareil, du genre jean et pull, mais j'ai voulu explorer comment je pourrais conserver ces éléments en les revisitant. En tant qu'étudiant en textile, j'ai essayé de trouver des moyens innovants d'exprimer ces vêtements, alors je les ai pris en photo pour les remettre sur d'autres tissus pour obtenir ce type de visuel. J'ai découvert l'élastique, mais quand on pense à des marques telles que Hervé Léger, on voit bien qu'il met en valeur le corps et qu'il est très adapté aux vêtements en taille unique. J'adore travailler avec les matières extensibles (les lanières s'étendent dans des proportions incroyables) parce qu'elles offrent une grande marge de manœuvre. »

QU'EST-CE QUI T'A ATTIRÉ DANS LA MODE ?
« J'ai toujours aimé l'art. Mes parents m'emmenaient beaucoup dans les musées et les galeries. Je n'étais pas très scolaire mais j'ai toujours su que je voulais prendre un crayon ou un pinceau pour m'exprimer. Ça a toujours été dans un coin de ma tête. Et depuis que je suis à Londres, les gens qui m'entourent ont beaucoup influencé mon travail. Comme mon petit ami par exemple, qui est génial. C'est une véritable encyclopédie de la mode et nous adorons tous deux la mode. Tout le monde l'utilise et s'exprime avec. Ça fait peut-être un peu cliché mais je trouve ça extraordinaire. » 


PARLE-NOUS DE TES PREMIERS SOUVENIRS EN TERMES DE MODE.
« Je me souviens d'avoir piqué le manteau de mon père lorsque j'avais 13-14 ans. J'avais une soirée avec des amis et ce manteau m'a vraiment donné l'impression d'être le plus cool du monde. Mais ce n'était pas le cas évidemment, vu que je portais le manteau de mon père [rires]. C'est drôle parce que je pense que ma collection est partie de là - des pièces qui nous rendent nostalgiques. Je ne le voulais pas parce qu'il était spécialement beau, je le voulais parce qu'il appartenait à mon père. J'y étais attaché et ma collection raconte cela. Je suis sûr qu'il y d'autres souvenirs mais ils sont trop embarrassants ! »

LORSQUE TU T'ES PRÉSENTÉ AU JURY, AS-TU RECHERCHÉ UN ÉQUILIBRE ENTRE L'ASPECT CRÉATIF ET L'ASPECT COMMERCIAL ?
« Bien sûr, mais tout ce que je trouve bien, c'est que ces vêtements ont déjà un aspect commercial et c'est sans doute pour cela que le jury les a si bien accueillis. » Parce qu'au final, ce sont des vêtements que l'on peut porter - dans lesquels on peut bouger, courir, sans limite. Et ils ne sont pas trop originaux. Si vous voulez un jean, même s'il est fait avec de l'élastique, ça reste un jean. Je pense que c'est une collection qui pourrait bien se vendre la saison prochaine, alors je mise tout dessus. Je veux aller à Paris, vendre mes créations et monter une entreprise durable qui prospère. »

ALORS OÙ TE VOIS-TU DANS 5 ANS ? OU DIX ANS ?
« Avec un peu de chance, dans une maison avec un jardin ! C'est déjà pas mal [rires]. Et continuer de faire ce que j'aime. Franchement, il y a encore quelques semaines, j'étais loin de m'imaginer ce qui se passerait aujourd'hui, donc on ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve. Et c'est excitant de ne pas savoir... »



LE TOP DE STEFAN COOKE...

DESIGNERS… « Rei Kawakubo de Comme des Garçons, Jun Takahashi de Undercover et Junya Watanabe. »

MANNEQUIN… « Lindsey Wixson parce qu'elle a les dents du bonheur comme moi ! »

VILLES… « Londres sans hésitation, et même si je ne suis jamais allé au Japon, je pense que Tokyo me plairait beaucoup. »

LIVRES… «J'adore Stephen King. C'est horrible mais tellement bon ! J'adore l'horreur, mais en livre seulement. »

MUSIQUE… « J'écoute ce que mon petit ami écoute et je dirais qu'il choisirait quelque chose comme Aphex Twin. »

NOURRITURE… « J'adore les bons ramen. »

FAÇONS DE SE DÉTENDRE… « À part en prenant un bain, en se baladant dans la nature. Et voir mes amis, j'adore ça. »

Retour au flux
Haut de page