Retour aux sources The Atomics vivent dans l'Utah

Nous avons assisté à l'un des concerts de la fratrie Smith dans une petite salle de leur ville natale. Au mois d'avril, le groupe jouera sur la scène de Coachella.

« Nous n'avions aucune expérience la dernière fois que nous avons joué ici. C'est la salle dans laquelle nous jouions quand nous étions petits. Les visages, les bâtiments et les lieux sont les mêmes, les seuls qui sont différents, c'est nous », dit la guitariste Daisy Clementine Smith.

Nous jouons dans une salle à Spanish Fork, un village de 36 000 habitants situé à environ une heure de Salt Lake City. À de nombreux égards, Spanish Fork est une petite ville typique, ou tout du moins l'idée qu'on se fait d'une petite ville typique, avec ses pickups, ses maisons carrées et ses innombrables fast-foods.

Ce qui rend cette ville unique, c'est qu'elle est entourée de massifs montagneux et qu'elle est la ville natale d'un des mannequins les plus prisés du moment, Lucky Blue Smith, et de ses trois sœurs, Pyper America, Daisy Clementine et Starlie. Tous sont mannequins mais c'est surtout le groupe qu'ils forment qui a rencontré un large succès. Ils ont fait un retour aux sources pour tester leur nouvel album auprès d'un public familiers.

The Atomics en live dans l'Utah Tandis qu'ils se préparent à monter sur scène en coulisses, un artiste reprend des tubes de Coldplay, Oasis et The Verve. La première partie s'achève sur un prêche plutôt qu'un rappel : « N'oubliez pas de conduire prudemment, de laisser un pourboire et d'aimer vos parents ». Nous sommes en territoire mormon après tout.

Le silence se fait dans la salle tandis que le groupe s'apprête à entrer sur scène. Leur concert a des allures de vieille Amérique, à l'exception des selfies et des chevelures arc-en-ciel. Lorsque The Atomics rentrent sur scène, l'excitation se fait sentir chez le jeune public - et leurs parents. À ce jour, le groupe n'a sorti que quelques morceaux sur SoundCloud mais le public a l'air de bien maîtriser les morceaux. Ajoutez-y des riffs de guitare et une série de solos de batterie de Lucky Blue pour créer l'extase au premier rang.

« Je peux soulager n'importe quel stress sur ma batterie. Je peux me lâcher complètement. J'y mets toute mon énergie », explique-t-il après le concert (qu'il achève chemise ouverte pour le plus grand bonheur de ses fans).

QUEL SENTIMENT SOUHAITES-TU PROVOQUER CHEZ LE PUBLIC ?
STARLIE : « La scène est l'endroit où je me sens le mieux, au sommet de mon art. Je veux que tout le monde se sente important. »

QU'AIMES-TU PARTICULIÈREMENT DANS LA MUSIQUE ?
STARLIE : « Je suis tombée amoureuse du chant en écoutant mes chanteuses préférées : Amy Winehouse, Christina Aguilera et Aretha Franklin. J'aime chanter depuis toujours. »

PYPER : « J'aime faire le show. C'est ça que j'aime dans la musique. C'est un moyen de m'exprimer. »

LUCKY : « J'adore inspirer les autres avec la musique. Je veux que les gens qui nous écoutent ressentent quelque chose. »

Après les concerts en Utah, le groupe continuera de répéter, d'enregistrer et de faire des concerts sur la côte ouest des États-Unis. Le mois dernier, leur venue au festival Coachella au mois d'avril a été officialisée, et cette semaine, on a appris qu'ils seraient à la tête de la campagne H&M Loves Coachella.

 

STARLIE

ÂGE : 23 ans

LIEU : Los Angeles

PROFESSION : Chanteuse et compositeur de The Atomics

INSTAGRAM : @queenstarlie

DAISY CLEMENTINE

ÂGE : 21 ans

LIEU : Los Angeles

PROFESSION : Mannequin et guitariste de The Atomics

INSTAGRAM : @daisyclementine

PYPER AMERICA

ÂGE : 19 ans

LIEU : Los Angeles

PROFESSION : Mannequin et guitariste de The Atomics

INSTAGRAM : @pyperamerica

LUCKY BLUE

ÂGE : 18 ans

LIEU : Los Angeles

PROFESSION : Mannequin et guitariste de The Atomics

INSTAGRAM : @luckybsmith

 

 

Écoutez le morceau Let’s Live for Today de The Atomics ici et découvrez leur retour aux sources ici.

SHOP THE STORY
Retour au flux
Haut de page