The Alexander Wang x H&M collection will be available in selected stores and online from 6 November, All Over Press.

The Alexander Wang x H&M collection will be available in selected stores and online from 6 November, All Over Press.

TOUT LE MONDE AIME ALEXANDER WANG

À seulement 30 ans, Alexander Wang a déjà fait de sa marque une puissance mondiale et endossé le rôle de directeur artistique chez Balenciaga. En novembre, il deviendra également le premier créateur américain à collaborer avec H&M, et aussi le plus jeune à ce jour !

Alexander Wang est une personne qui contagieusement débordant d'enthousiasme. Qu'il soit en photo avec des amis ou une célébrité, ou littéralement sur le podium pour saluer après ses défilés, il respirer l'optimisme.   Rien d'étonnant – depuis le lancement de sa marque new-yorkaise éponyme en 2007 à l'âge de 23 ans, Wang s'est bâti un vaste empire. En 2012, il est nommé directeur artistique de la légendaire maison parisienne Balenciaga. Et maintenant, il est sur le point de lancer une collaboration avec H&M aux statistiques impressionnantes : il est le premier créateur américain à travailler avec H&M, le plus jeune créateur invité à ce jour et aussi celui qui marquera les 10 ans de collaborations H&M. Larges sourires des amateurs de mode du monde entier.    Que Wang soit en ce moment l'un des grands noms de la mode est indéniable - il sait capturer l'esprit de notre époque et créer des pièces portables et enviées qui font frétiller les spécialistes de la mode ainsi que les célébrités et les acheteurs. Les collections d'Alexander Wang sont toujours infusées d'un look urbain et d'un élément familier bien qu'inattendu. Le sac à main clouté Rocco, son premier pas dans le monde des accessoires, mariait le côté cool des rockeurs et la nonchalance des gymnastes et est devenu un It-bag dès son lancement ; de nombreux autres ont suivi depuis. Wang crée également des chaussures très convoitées (comme des escarpins à bride autour de la cheville avec petites capes ou grosses bottes sexy), sans oublier les objets du quotidien, superbes et humoristiques, le complément naturel de sa collection née en 2012 – quelqu'un veut un jeu de dés Alexander Wang ?  La marque s'adresse essentiellement à une génération, jeune et directionnelle, mais toujours de façon très accessible et accueillante. Le confort est la clé, au sens pratique du terme, mais également au sens émotionnel. Pensez bonnet en cachemire, gilet en laine épaisse avec bas incurvé ou parka pelucheuse aux poches profondes : toutes les pièces qui se marieront parfaitement avec votre garde-robe et vous apporteront style et confiance instantanément.   Avec une telle énergie créative et positive, et une attitude indéniablement cool, Wang attire les gens. Outre Vanessa Traina, il compte le mannequin Erin Wasson et le créateur collaborateur Joseph Altuzarra parmi ses amis proches. Ses créations sont portées par des célébrités telles que Rihanna, Katy Perry et Zoë Kravitz, et sont bien sûr légion des mannequins de défilés.   Wang est né de parents américano-taïwanais et a grandi à San Francisco. Il était en pension et l'une de ses camarades de classe était Vanessa Traina, fille de l'auteur Danielle Steel et styliste et consultante convointée. À 18 ans, il est parti à New York, à la Parsons School of Design. Wang a ensuite quitté Parsons après avoir pris une année sabbatique pour monter sa propre marque mais pas avant d'avoir fait des stages au Vogue américain, au Teen Vogue, chez Marc Jacobs et Derek Lam. Son avenir s'annonçait déjà radieux lorsqu'il a travaillé au rayon chaussures chez Barneys New York.   Wang n'est clairement pas du genre à perdre son temps. « J'ai toujours eu une forte éthique en ce qui concerne le travail », dit-il. « Si tu veux quelque chose, tu dois t'en donner les moyens. » Cela comprend organiser des fêtes en vue, de la soirée déguisée au parc de la High Line avec des autos tamponneuses, un manège et des stands de jeu, à une méga fiesta près de la mairie de Manhattan avec un concert de Busta Rhymes et Die Antwoord.   Avec l'optimisme et l'engouement qui le caractérisent, Wang a également choisi d'annoncer sa prochaine collaboration avec H&M en organisant une fête, cette fois au festival de musique de Coachella. L'événement, auquel ont assisté des célébrités telles que Katy Perry et Robert Pattinson, comprenait des concerts d'Iggy Azalea, Major Lazer et le DJ de la tournée de Jay-Z, Just Blaze. En amont du lancement de la collection, qui sera disponible en novembre, nous avons rencontré Alex (tout le monde l'appelle « Alex ») à New York pour une interview exclusive. Et comme vous pouvez le deviner, lorsqu'il est entré dans la pièce, son sourire contagieux est immédiatement apparu.

Alexander Wang est une personne qui contagieusement débordant d'enthousiasme. Qu'il soit en photo avec des amis ou une célébrité, ou littéralement sur le podium pour saluer après ses défilés, il respirer l'optimisme. 

Rien d'étonnant – depuis le lancement de sa marque new-yorkaise éponyme en 2007 à l'âge de 23 ans, Wang s'est bâti un vaste empire. En 2012, il est nommé directeur artistique de la légendaire maison parisienne Balenciaga. Et maintenant, il est sur le point de lancer une collaboration avec H&M aux statistiques impressionnantes : il est le premier créateur américain à travailler avec H&M, le plus jeune créateur invité à ce jour et aussi celui qui marquera les 10 ans de collaborations H&M. Larges sourires des amateurs de mode du monde entier.  

Que Wang soit en ce moment l'un des grands noms de la mode est indéniable - il sait capturer l'esprit de notre époque et créer des pièces portables et enviées qui font frétiller les spécialistes de la mode ainsi que les célébrités et les acheteurs. Les collections d'Alexander Wang sont toujours infusées d'un look urbain et d'un élément familier bien qu'inattendu. Le sac à main clouté Rocco, son premier pas dans le monde des accessoires, mariait le côté cool des rockeurs et la nonchalance des gymnastes et est devenu un It-bag dès son lancement ; de nombreux autres ont suivi depuis. Wang crée également des chaussures très convoitées (comme des escarpins à bride autour de la cheville avec petites capes ou grosses bottes sexy), sans oublier les objets du quotidien, superbes et humoristiques, le complément naturel de sa collection née en 2012 – quelqu'un veut un jeu de dés Alexander Wang ?

La marque s'adresse essentiellement à une génération, jeune et directionnelle, mais toujours de façon très accessible et accueillante. Le confort est la clé, au sens pratique du terme, mais également au sens émotionnel. Pensez bonnet en cachemire, gilet en laine épaisse avec bas incurvé ou parka pelucheuse aux poches profondes : toutes les pièces qui se marieront parfaitement avec votre garde-robe et vous apporteront style et confiance instantanément. 

Avec une telle énergie créative et positive, et une attitude indéniablement cool, Wang attire les gens. Outre Vanessa Traina, il compte le mannequin Erin Wasson et le créateur collaborateur Joseph Altuzarra parmi ses amis proches. Ses créations sont portées par des célébrités telles que Rihanna, Katy Perry et Zoë Kravitz, et sont bien sûr légion des mannequins de défilés. 

Wang est né de parents américano-taïwanais et a grandi à San Francisco. Il était en pension et l'une de ses camarades de classe était Vanessa Traina, fille de l'auteur Danielle Steel et styliste et consultante convointée. À 18 ans, il est parti à New York, à la Parsons School of Design. Wang a ensuite quitté Parsons après avoir pris une année sabbatique pour monter sa propre marque mais pas avant d'avoir fait des stages au Vogue américain, au Teen Vogue, chez Marc Jacobs et Derek Lam. Son avenir s'annonçait déjà radieux lorsqu'il a travaillé au rayon chaussures chez Barneys New York. 

Wang n'est clairement pas du genre à perdre son temps. « J'ai toujours eu une forte éthique en ce qui concerne le travail », dit-il. « Si tu veux quelque chose, tu dois t'en donner les moyens. » Cela comprend organiser des fêtes en vue, de la soirée déguisée au parc de la High Line avec des autos tamponneuses, un manège et des stands de jeu, à une méga fiesta près de la mairie de Manhattan avec un concert de Busta Rhymes et Die Antwoord. 

Avec l'optimisme et l'engouement qui le caractérisent, Wang a également choisi d'annoncer sa prochaine collaboration avec H&M en organisant une fête, cette fois au festival de musique de Coachella. L'événement, auquel ont assisté des célébrités telles que Katy Perry et Robert Pattinson, comprenait des concerts d'Iggy Azalea, Major Lazer et le DJ de la tournée de Jay-Z, Just Blaze. En amont du lancement de la collection, qui sera disponible en novembre, nous avons rencontré Alex (tout le monde l'appelle « Alex ») à New York pour une interview exclusive. Et comme vous pouvez le deviner, lorsqu'il est entré dans la pièce, son sourire contagieux est immédiatement apparu. 

Alexander Wang spring/summer 2010, model Chrissy Teigen with her Rocco bag and Alexander Wang spring/summer 2014, All Over Press

QU'ATTENDEZ-VOUS DE CETTE COLLABORATION ?
J'espère franchir un nouveau pas, un pas qui n'a jamais été franchi en 10 ans de collaborations H&M. C'est un peu tôt pour divulguer les détails mais je dirais que je suis super excité à l'idée de dévoiler le concept ! 

EST-CE LE TYPE DE DÉFI QUE TU AIMES ?
Je vois chaque projet comme un défi créatif mais aussi comme une occasion d'explorer un autre côté de ce que nous pouvons offrir. Certains connaissent notre marque, d'autres pas, et je pense que cette collaboration ouvre un nouveau chapitre de l'histoire que nous, la marque Alexander Wang, espérons raconter. 

SELON TOI, POURQUOI TES CRÉATIONS ONT-ELLES SUSCITÉ UN TEL ENGOUEMENT ?
Tout est une question de fonctionnalité mais aussi de connexion avec quelque chose qui nous est familier, que les gens considèrent comme une partie intégrante de leur garde-robe et qui est confortable. J'ai cette perspective de la mode à laquelle je ne suis pas attaché. Quiconque contribue à l'image de notre marque affiche toujours un certain anticonformisme envers les tendances de mode, mes façons de porter les vêtements ou les définitions du « luxe » et de la « rue ». C'est une approche irrévérencieuse à la mode.

ALORS COMMENT PARVIENS-TU À GARDER CETTE FRAÎCHEUR ?
Au final, l'humain a toujours deux bras et deux jambes et tant que l'espèce n'aura pas évolué [rires], je créerai en gardant ce facteur à l'esprit. La fabrication et la technologie sont le berceau de l'innovation. Mais même si les choses sont innovantes, elles revêtent toujours un sentiment de nostalgie. Que mes créations brillent dans la nuit ou soient sensibles à la chaleur [des effets que Wang a utilisé dans ses défilés et sur des accessoires plus accessibles], le but est de créer des souvenirs.

VOUS AVEZ SOULIGNÉ L'IMPORTANCE DU CONFORT. PENSES-TU QUE CELA EST DÛ À TON ÉDUCATION CALIFORNIENNE ?
Peut-être. Alors oui, je vis à New York, je suis né en Californie et je suis d'origine américano-asiatique mais le fait est que je voyage constamment pour découvrir les tendances dans les différents pays. Je pense que le confort est un facteur inhérent à nous. C'est comme une seconde nature pendant les essayages et c'est ce qui m'attire. Je ne pense pas « Je crée à New York, je dois créer des vêtements portables ». Ce n'est pas mon approche. Je fais simplement ce qui me semble bien. 

TU ES TRÈS IMPLIQUÉ À LA FOIS DANS LE CÔTÉ COMMERCIAL ET CRÉATIF DE LA MODE. QU'EST-CE QUI T'INTÉRESSE EXACTEMENT ?
Il ne faut pas se mentir, la mode est un business. C'est du commerce, il faut vendre des vêtements. Si je ne tenais compte que de l'aspect créatif, je ne serais pas dans la mode, je créerais des costumes de scène. Le but est de créer des pièces mais également de rentrer dans une certaine structure : les présenter aux acheteurs, les commercialiser, faire en sorte que les gens les achètent. L'équation comporte de nombreux éléments et mieux vous comprenez le business, plus vous en êtes responsable. Il n'est pas question de faciliter le job, bien au contraire - et c'est ça qui me plaît. 

TU ES OBSÉDÉ PAR LE MILIEU DE LA MODE DEPUIS TON PLUS JEUNE ÂGE. TE SOUVIENS-TU DE L'ÂGE QUE TU AVAIS ?
Je me souviens qu'en CM1 ou CM2n j'ai commencé à collectionner les magazines de mode et à découper les éditos et les campagnes publicitaires. 

OÙ AS-TU LU TES PREMIERS MAGAZINES ?
Chez le coiffeur, quand j'attendais ma mère. Je me suis ensuite abonné à mes propres magazines de mode lorsque je suis parti en pension en CM2. 

QU'EST-CE QUI T'AS ATTIRÉ DANS LE MILIEU DE LA MODE ?
Le niveau de créativité. Pouvoir créer ce monde, voir un tableau, comprendre un personnage et un style de vie - c'est ça qui m'a attiré. C'est comme jouer au réalisateur. 

IL N'Y A QUE LES MAGAZINES QUI T'INTÉRESSAIENT ?
Il y avait aussi les VH1/Vogue Fashion Awards, auxquels j'ai toujours rêvé d'aller. Je manquais l'école et m'assurais de l'enregistrer sur une VHS ! 

AVAIS-TU DES TENUES PRÉFÉRÉES ?
Au lycée, j'essayais de copier les vêtements des magazines. Il y a une l'époque grunge bien sûr, où Marc [Jacobs] a été d'une grande influence. Je me souviens que j'achetais des tissus de kilt pour fabriquer des pantalons. Je n'ai jamais pris de cours à proprement parler, alors quand je les portais à l'école, il arrivait qu'ils se déchirent en plein milieu du cours !

QUELLES SONT TES PRINCIPALES INFLUENCES EN CE MOMENT ?
Absolument tout ! Je voyage tout le temps. Je passe la moitié de mon temps en Europe. J'ai les yeux et les oreilles constamment ouverts. J'adore la musique et elle m'influence. J'essaye toujours de reposer là-dessus. 

AS-TU LE TEMPS DE FAIRE AUTRE CHOSE QUE TRAVAILLER ?
Oui oui ! Mon emploi du temps est bien plus chargé, alors avoir du temps pour moi est un luxe mais ça m'a également permis de savoir qui sont mes vrais amis, ce que j'ai vraiment envie de faire et où je souhaite concentrer mon énergie. 

LORSQUE TU VOYAGES, AS-TU TENDANCE À TE BALADER EN VILLE OU PAS ?
J'adore me balader et découvrir une ville de moi-même. Je n'ai jamais aimé les visites guidées. Je ne suis jamais allé voir la Statue de la liberté ou l'Empire State Building depuis tout ce temps que je vis à New York ! 

TU ES CONNU POUR TES SOIRÉES INOUBLIABLES. POUR TOI, QUELS SONT LES ÉLÉMENTS INDISPENSABLES POUR LES RENDRE INOUBLIABLES À CE POINT ?
C'est assez simple. Une soirée est régie par l'énergie de la musique et les personnes qui s'y trouvent. On peut faire une super fête dans ce bureau avec la bonne musique et les bonnes personnes. L'autre chose : garder une partie de mystère. Lorsque les gens arrivent dans une soirée, plus on insiste sur l'effet de surprise, plus les gens ont l'impression de découvrir des choses - c'est ça la clé. 

AS-TU COMMENCÉ À ORGANISER LA SOIRÉE DE LANCEMENT DE TA COLLECTION AVEC H&M ?
Oh, oui [sourit avec un air mystérieux].

 

La collection H&M x Alexander Wang inclut des vêtements et des accessoires pour hommes et femmes. La collection sera disponible dans certaines boutiques dans le monde et en ligne à partir du 6 novembre. 

Alexander Wang running down the catwalk after a show and with his friends by his side. Erin Wasson to the left and Vanessa Traina to the right, All Over Press.
Retour au flux
Haut de page